Influenza aviaire : PREVENTION

Le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation a relevé le niveau de risque au niveau « élevé » en raison de l’accélération du nombre de cas ou foyers détectés d’influenza aviaire en Europe.

Ce relèvement vise une vigilance renforcée dans un but préventif et prévoit notamment la mise à l’abri des volailles des élevages commerciaux et la claustration ou mise sous filet des basses-cours. Le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation a relevé le niveau de risque au niveau « élevé » en raison de l’accélération du nombre de cas ou foyers détectés d’influenza aviaire en Europe. Ce relèvement vise une vigilance renforcée dans un but préventif et prévoit notamment la mise à l’abri des volailles des élevages commerciaux et la claustration ou mise sous filet des basses-cours.

Lire le communiqué de presse du 5 novembre 2021

 Plus d'infos sur le site du Ministère de l'Agriculture: ICI 

 

Si vous êtes détenteurs d’oiseaux (oiseaux captifs élevés en extérieur, volailles) à titre privé et à des fins non commerciales vous devez :

Voir l'image en grand

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vous êtes détenteurs de gibiers à titre privé ou commercial : 

L'essentiel sur l'influenza aviaire 

Maladie animale infectieuse, virale, très contagieuse, elle affecte les oiseaux chez lesquels elle peut provoquer une maladie pouvant aboutir rapidement à la mort. L’influenza aviaire fait partie des dangers sanitaires dont la déclaration à l'administration est obligatoire.

Ce virus est transmissible à toutes les espèces d'oiseaux, domestiques ou sauvages.

La maladie peut être propagée entre élevages et basses-cours par l'intermédiaire : de contacts entre oiseaux domestiques et sauvages ; des véhicules ; du matériel ; des personnes ; des fientes, du lisier ; des résidus d'élevage.

Pour ce qui est connu à ce jour, les formes graves se traduisent par une atteinte importante de l'état général des oiseaux. Les symptômes sont respiratoires, digestifs ou nerveux, ou simplement une perte d'appétit.

 

Que faire en cas de suspicion d'un foyer ?

Dans le cas d'une mortalité anormale, conservez le cadavre en l’isolant et en le protégeant et contactez au plus vite votre vétérinaire ou la direction départementale en charge de la protection des populations (DDPP) : 04 56 59 49 99 ou ddppspae@isere.gouv.fr

Pour toute question ou doute sur l'état de santé de vos oiseaux, vous pouvez également contacter la DDPP.  

 

Voir l'image en grand